Art sonore

Arts sonores, musiques expérimentales, électroacoustique, art contemporain, installations multimédia

L’art sonore est le mot par lequel on rassemble aujourd’hui toutes les musiques écrites sur support fixé. Ce sont des musiques composées à partir d’enregistrements sonores ou de sons de synthèse. La musique électroacoustique, le cinéma pour l’oreille, l’installation sonore font partie de cette grande catégorie contemporaine qui se situe entre musique et art.


Mariachi – Nina Garcia (2018)

« Fu/Mi »

« Le Talon »


La création du monde – Bernard Parmegiani (1986)

En exergue de cette vaste fresque élec­troacoustique, le compositeur a mis cette citation de Bachelard : « On n’a jamais bien vu le monde si l’on n’a pas rêvé ce que l’on voyait. En une rêverie de solitude qui accroît la solitude du rêveur, deux pro­fondeurs se conjuguent, se répercutent en échos qui vont de la profondeur de l’être du monde à une profondeur d’être du rêveur… Le Monde est si majestueux qu’il ne s’y passe plus rien : le Monde repose en sa tranquillité » (Rêverie et Cosmos).

https://brahms.ircam.fr/works/work/36926/


La Peste Negra – Laurence Wasser (2022)

Enregistré entre 2017 et 2022les 4 titres de « La Peste Negra«  constituent un pamphlet à l’encontre de la marée noire idéologique macronienne qui s’est déversée sur la France depuis 5 ans.  À la croisée de la nowave, des chants de barricade et du flamenco, ce nouvel EP fait suite à « V », sorti en 2018et  voit Laurence Wasser continuer d’explorer la voie d’une nouvelle chanson expérimentale et politique.

« La Pesta Negra« 

Le voleur et le prince


Antimanifesto – Nicolas Jacquot (2020)

Lecture d’un extrait du Mariage du Ciel et de L’Enfer de William Blake, « Une Vision Mémorable », la discussion à la fois tendre et abominable entre l’Ange et le Poète. Cette pièce a été réalisée en collaboration avec Axelle Terrier à la suite d’une performance et d’une discussion sur les liens entre Art et Ordinaire. https://www.nicolas-jacquot.com/art-ordinaire


Animal magnetism. Arnold Dreyblatt (1995)

Arnold Dreyblatt, né en 1953, est un compositeur et artiste américain de musique contemporaine. Dreyblatt est souvent associé au mouvement de la musique minimaliste. Il a collaboré avec des artistes du mouvement Fluxus. Dreyblatt a contribué à créer le courant musical dit de drone (Wikipedia).


The black Album – La Monte Young, Marian Zazeela (1969)

Side A was recorded in 1969 (on the date and time indicated by the title) at the art gallery of Heiner Friedrich in Munich, where Young and Zazeela premiered their Dream House sound and light installation. The recording is a section of the longer composition Map of 49’s Dream the Two Systems of Eleven Sets of Galactic Intervals Ornamental Lightyears Tracery, and begins in medias res, with Young and Zazeela’s voices against an electronically generated sine wave drone (Wikipedia).


Étude 6 – Philip Glass (2014)

« L’étude est une pièce qui permet de travailler et de perfectionner sa technique. Les études au piano de Chopin, de Liszt, de Scriabine, sans parler de Bach, sont des classiques du genre. Bien plus que des exercices simplement techniques ce sont de véritables oeuvres. […] D’ailleurs, Philip Glass s’inspire des célèbres études pour piano. Ainsi, la numéro 6, très intense et exaltée, se rapproche du style de Liszt. » https://www.senscritique.com/album/Complete_Etudes_for_Solo_Piano/critique/194858267


Mutations – Jean Claude Risset (1969)

Commandée par le Groupe de Recherches Musicales, « Mutations » (1969) a été entièrement synthétisée par ordinateur aux Bell Laboratories.


Export for radio. Tetenoise (2022)

Dans le mix : Sandro Chinchaladze (field recordings, tape loops, double bass, acoustic guitar, piano & various analog synthesizers), Scott McCulloch (tape loops, vocal), Giorgi Qorqashvili (vocal, spoken word), Rezo Kiknadze (saxophone) and The Gori Women’s Choir. Musique réalisée et produite par Tete Noise (Georgia).


Effracte – Doriane Souilhol (2022)

Son de l’installation sonore « Effracte » réalisée par l’artiste Doriane Souillhol dans le cadre du projet Culot 13 porté par Victoire Barbot et soutenu par Mécènes du Sud.
Sardinian Tenores and Sheep Bells, Steven Feld, 2007. Soundscape composition.  » En février 2005, je suis allé à Mamoiada, en Sardaigne, pour le célèbre carnaval des Mamuthones, les danseurs qui portent des peaux d’animaux et des rangées de cloches pesant environ soixante-dix livres.« 


Untitled #125 – Francisco Lopez

Extrait de l’album : Erratum #4 par ERRATUM MUSICAL (2004)

Francisco Lopez est une des figures majeures de l’art sonore et de la musique expérimentale contemporaine. Il détruit depuis 40 ans les frontières entre sons industriels et environnement sonore naturel, passant des limites de la perception à la puissance sonore la plus élevée.


Ardesia – Chloé Despax (2018)


Parolesdefdefdef / Gritadera666999 Felipe (2021)

Parolesdefdefdef

Gritadera666999


Music for quiet spaces – Robin Minard (1984)

Minard est un compositeur canadien. Depuis 1980 il concentre son travail sur la musique électroacoustique et les installations sonores en public. Il travaille avec l’acoustique des espaces dans un monde urbain de plus en plus pollué par le bruit et redéfini le concept de musique fonctionnelle dans ce contexte.


Ernstscape – Andréa Valle (2021)


Berlin Bad Sampling – Agostino Di Scipio (2000)

Agostino Di Scipio est un compositeur italien opérant dans le domaine de la musique électroacoustique, des installations sonores et de la musique écrite pour interprètes et électronique live. La plupart de ses compositions sont réalisées à partir de stratégies de synthèse/traitement sonores non conventionnelles inspirées de phénomènes sonores naturels que le bruit ou la turbulence de l’air.


Nome polycephale – Julien Boudart (2021)

Julien Boudart joue et compose sur des instruments de musique électronique depuis le milieu des années 90. Il a fait ses premières expériences musicales sur des circuits de bricolage bruts, un orgue jouet radioshack modifié et une paire de platines à cassettes. Il a été actif, en tant que moitié d’un duo techno expérimental live (Robert & Chiquito), sur la scène free party parisienne jusqu’au début des années 2000. Il s’oriente alors davantage vers des collaborations avec des interprètes acoustiques, souvent dans le cadre d’improvisations collectives, avec une formation de free jazz ou d’improvisation libre.


Qc. Andrea Geraldo Terrana – (2021)

Musicien, compositeur électroacoustique, interprète. Il a étudié la guitare classique, la composition et la musique électronique au conservatoire « Antonio Scontrino » de Trapani où, sous la direction du maestro Marco Gasperini, il a obtenu son diplôme en musique électroacoustique. « qc » (2021) est composé d’un ensemble d’objets en feedback, et d’électronique live, en utilisant exclusivement les sons de larsen provoqués par quatre microphones dans des conditions d’amplification extrêmes.


Drenched thatched roof – Luciano Maggiore (2021)

Musicien dans le domaine de la musique électroacoustique, il a développé ces dernières années un intérêt marqué pour les mécanismes de diffusion du son, utilisant des hauts-parleurs et plusieurs appareils analogiques et numériques (baladeurs, lecteurs cd, magnétophones) comme instruments principaux. Son intérêt se concentre sur les valeurs architecturales et psychoacoustique ainsi que sur les valeurs dynamiques et directionnelle du son.


Limpe Lungau – Anima-Sound / Limpe Fuchs / Paul Fuchs (1977)

Enregistrement du Days Free Music Festival.


Main Tittle From Forbidden Planet – Bebe & Louis Barron (1956)

Couple d’ arrangeur.se et compositeur.rice américain.e, considéré.es comme des pionnier.es de la musique électronique et d’ enregistrement sonore sur bande magnétique.


Doctor Who (full theme) – Delia Derbyshire (1963)

Musicienne et compositrice britannique de musique concrète et électronique. Elle a travaillé pour l’atelier radiophonique de la BBC où elle a pu expérimenter et composer grand nombre de ses pièces.


Concert at WBAI Free Music Store – Suzanne Ciani (1975)

Pianiste et compositrice italo-américaine, elle se se fait connaitre pour ses compositions de musique électronique. À l’aide d’un synthétiseur analogique modulaire Buchla elle compose essentiellement des pièces musicales pour des publicités télévisées de compagnies, et se spécialise dans la reproduction d’effets sonores sur synthétiseur.


Valse sentimentale (Tchaikovsky) – Clara Rockmore (1977)

Artiste américaine, elle est connue comme l’une des plus grandes virtuoses du thérémine. Elle l’utilise comme un instrument de musique classique avec des sonorités qui se rapprochent du violon ou de la voix humaine.


Four Aspects – Daphne Oram (1960)

Compositrice et musicienne électronique britannique. Elle est l’une des premières personnes à produire et à utiliser des sons électroniques dans ses compositions en Angleterre et fut une pionnière de la musique concrète. Elle est l’inventrice de l’Oramics une machine permettant de créer des sons électroniques en dessinant sur des bandes de film photographique.


Laurie Spiegel

Artiste et compositrice américaine. Elle est considérée comme l’une des pionnières de la nouvelle scène musicale new yorkaise en musique électronique dans les années 70. Elle se fait connaître pour son utilisation de l’algorithmique dans le processus de composition.

Drums (1975)

Immersion. 1975


La Chambre blanche – Robert Normandeau

Cette pièce composée en 1985 fait partie de la bande originale du film « Paranoid Park« , film réalisé en 2007 par Gus Van Sant. La démarche artistique de Normandeau s’inscrit dans un «cinéma pour l’oreille» où le sens contribue à l’élaboration de ses œuvres tout autant que le son.


Transformation – Dataphonics – Ryoji Ikeda (2010)

Hommage appuyé au pionnier de la musique concrète Pierre Schaeffer et à son solfège de l’objet sonore, le projet musical Dataphonics se fonde sur les relations entre le son des données numériques primaires et les composants élémentaires du son. Ce travail se concentre sur le système des fréquences sonores situées à la limite de l’audible, phénomène dont « l’auditeur, explique Ikeda, ne devient conscient qu’au moment de leur disparition ».


Sisyphus – Adam Pacione (2005)

Pacione Adam est un compositeur et artiste sonore du Texas. La musique de Pacione
contient des éléments de textures ambiantes, de drones, d’enregistrements sur le terrain,
de transmissions radio traitées et de synthèse modulaire.


FluchtRoger Döring & Konrad Korabiewski (2015)

Morceau tiré de l’album « Komplex« , collaboration du musicien saxophoniste Roger Döring et du compositeur Konrad Korabiewski, mêlant improvisation acoustique et électronique live.


Seuils – Isotta Trastvere (2020)

Mouvement extrait de la pièce « Corpo e Mente« , pour piano et électronique live
Synthétiseur : Isotta Tarstevere
Piano : Hélène Perera


Flux alterné / Circulation alternée – Ludovic Pulli

Artiste plasticien, graphiste, compositeur, Ludovic Pulli aime la transversalité entre les disciplines artistiques et recherche à travers ses compositions électroacoustiques une forme de picturalité en travaillant sur la notion de strates, superposant des trames sonores composant une temporalité, où parfois s’immiscent des évènements anecdotiques ou incongrus, des voix humaines ou de synthèse, des sons du quotidien. Ses influences proviennent du rock alternatif, de la techno, de la noise et de la musique expérimentale, mais aussi de recherches plus approfondies autour de la musique électroacoustique et des fondements de la composition contemporaine.

Dans le cadre de ses études en électroacoustique au conservatoire de Marseille, voici deux pièces qui sont le résultat de ces recherches sonores dont la matière est similaire, mais la structure diffère sous forme d’un tryptique.

https://soundcloud.com/ludovic-pulli

Flux alterné (2021)

Circulation augmentée (2020)


Brumes Brames Bois Abois – Camille Lacroix (2020)


PKokoras Qualia


Pterion – Mouse on Mars & Olivia Block (2014)

Issu de l’album « 21 again« , paru en 2014, compilation du label Monkeyton records, fondé par le très célèbre groupe de musique électronique berlinois Mode Selector, figure emblématique de la scène techno berlinoise.


Botuto – Masayashi Fujita & Jan Jelinek (2016)

Issu de l’album « Schaum« , paru sur le label allemand Faitiche en 2016.


Déflexion intérieure – Pierre Pulisciano (2020)


Etude à l’espace – Contrepoint à 4 voix. Lucien Basdevant (2020)


Time travel – Mutsumi Abe 阿部睦美 (2020)


Journal of a summer day. Mutsumi Abe 阿部睦美 (2020)


Le conte de Gretel. Alex Ds (2020)

Pièce électroacoustique.


How to navigate through social anxiety in 3 easy steps. Léa Bourdreau (2020)

Cette pièce intègre uniquement les sons résultant de circuit-bending, technique permettant d’intervenir sur les circuits électroniques de jouets de seconde-main.

https://mikroclimat.bandcamp.com/track/how-to-navigate-through-social-anxiety-in-3-easy-steps


Quatre machines pour sauver le monde – Léa Boudreau (2020)

C’est à partir des idées des élèves de première année de l’école Jean-Baptiste Meilleur à Montréal que cette pièce fut composée. Les « quatre machines » sont ainsi mises en musique en reflétant les noms originaux donnés par les enfants :

  1. Une machine volante qui fonctionne à la pollution et qui la transforme en air pur
  2. Une machine-robot en forme d’animal pour sauver les animaux qui n’ont pas de maison et qui sont dans la rue
  3. Une machine pour envoyer toute la neige qui tombe ici au pôle Nord pour ne plus que ça fonde
  4. Une machine-bateau-sous-marin pour nettoyer les océans

Man-made primeval forest – Mutsumi abe阿部睦美 (2019)

J’ai créé une pièce sur le thème de la forêt à interpréter avec un orchestre de haut-parleurs alors que j’espère guérir des profondeurs du désespoir ressenties depuis le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku au Japon.


Le dernier jour. Nicolas Marty (2019)

Neko nakushi niwatori-chan to gorogoro wo – Nicolas Marty (2017)

Je vois des oiseaux qui se noient. Un peu – Nicolas Marty (2016)


Acta geografica – Andrea Valle (2007)

Some music with algorithms, physical computing, scavenged objects, free improvisation.

https://andreavalle.bandcamp.com/album/acta-geographica


Cymbalomentums – Philippe Petit (2020)

A musical travel-agent.

Mouvement I

Mouvement II

Mouvement III


EXM2 Church. Alex Ds (2019)


« Parler est de trop » – « Se taire n’est pas assez » – Larv-R (2018)

2 compositions avec le même matériau : 4 improvisations du dispositif KeFaR NaHuM dans une grande salle pleine de chaises et vide d’humains, une grande salle aux murs gris et aux rideaux sales. Ces 4 moments ont été enregistrés dans la journée de préparation du concert-lecture autour de l’œuvre du poète Henri Meschonic, donné par les élèves des classes d’art dramatique et d’électroacoustique de Pilar ANTHONY et Pascal GOBiN du Conservatoire de Marseille. Le dispositif était constitué de 3 lecteurs K7, des synthétiseurs Doepfer Dark Energy et Yamaha CS01, de 2 delays , de 2 chorus et d’une table de mixage. Sur les bandes, se sont succédés et/ou superposés des sons d’insectes, des flutes, des paysages sonores, des expérimentations sur cymbales, des chants diphoniques, des boucles industrielles, des accumulations de timbres et de notes et des craquements de vinyles

« Parler est de trop » est le mixage brut de ces 4 improvisations. Une accumulation sauvage où le silence n’a pas sa place. Cette pièce est un empilement de matières où les trames se mêlent et créent des crescendos violents qui annihilent la douceur des réponses à ces fulgurances. Rien ne reste hormis le bruit permanent, comme la représentation du chaos sonore de nos existences urbaines. Ce flot continu chargé dont la densité ne faiblit jamais et qui ne laisse que très peu de place à la raréfaction.

« Se taire n’est pas assez » est une pièce composée uniquement d’éléments provenant de ces 4 enregistrements. Du montage, quelques changement de masse et de nuances, de la réverbération et de la distorsion, une ligne qui cherche à trouver la place du silence. Une abstraction, un mythe, un rêve, une utopie à l’antipode de la vie. L’expérience que John Cage réalise dans une chambre anéchoïque lui fait prendre conscience que « le silence n’existait pas car deux sons persistent : les battements de son cœur et le son aigu de son système nerveux ». Le bruit c’est la vie.


Moutons – Sarah Ouazzani (2018)


Alt(r)o Mondo. Isotta Trastevere (2019)

Pièce acousmatique (19’15)

Prologue départ (3’27)
Paysage artificiel I (4’28)
La chose I soliloque (2’34)
Paysage artificiel II (4’32)
La chose II _ sociétés (4’17)

Cette pièce est un cheminement qui pourrait ne jamais s’arrêter. Elle se divise en plusieurs mouvements qui se déclinent du singulier au multiple.
Alto, qui signifie haut en italien, indique le statut insaisissable du monde évoqué dans l’oeuvre. Altro, autre, car il se différencie du monde dans lequel on vit. Monde fait référence à l’espace sonore de la composition. Un monde riche en images et à la fois présent, car marqué par la matérialité des sons qui le constituent.


Zentih – Loïse Bulot (INA.GRM, 2019, version stéréo)

Le zénith est le plus haut point du jour. Cette pièce est construite à partir de mouvements circulaires évoquant la gravitation des planètes autour du soleil. J’ai travaillé à partir d’enregistrements provenant d’un piano, mêlés à des sons électroniques
C’est la dernière pièce d’un tryptique s’inspirant de phénomènes astronomiques : Nadir, Solstice et Zenith.


Dereva – Gigi Giustiniani (2020)


The cat’s dream – Christina Kubisch (1987)


Extinction, pour harpe celtique (et voix parlée de harpiste) – Stéphane Borrel (2018)

Interprète : Nathalie Cornevin.

Preneuse de son : Mathilde Genas.


Rosa Khaos.Véro Marengère et Estelle Schorpp (2019)

Pièce radiophonique composée avec l’artiste sonore Estelle Schorpp. Rosa Khaos a été enregistrée en temps réel à la radio CKUT de Montréal. C’est une pièce inspirée du poème Lied Vom Kindstein de Peter Handke et de La Vie en Rose de Edith Piaf. Elle explore le passage de l’enfance à l’âge adulte ou les sens et la pensée se transforment, ce qui est traduit dans la pièce par le bruit, l’amplitude et les rythmes de plus en plus turbulents. Le tout conçu avec de la voix, des micros contacts et des pédales.

www.veromarengere.com


Scale e chiavi. Gigi Giustiniani – Tavolo da rigaio (2020)

https://tavolodarigaio.bandcamp.com/track/scale-e-chiavi


Suite for swivel stool, cabinet and door – Thomas Sander (2020)

We are constantly surrounded by noises, you can hear them as music. Here the sounds are arranged to my music.
(inspired by another musician on SoundCloud)

https://soundcloud.com/ansound-655183295


H2O° – Thomas Sander (2020)

H2O is to be understood as an ode to the preciousness of water.


Chant de grenouille pour tourterelle en rute majeure – Pedromilux et Sarah Ouazzani (2020)

Improvisation en confinement.


Les hommes qui marchent sur la queue du tigre – JP et Rémi-Luc – Le Douille (2020)

Improvisation. Guitare arrangée et conversation téléphonique autour d’un film de Kurosawa.


Ambient city 1994 – Mika Vainio (1994)

Un projet de 1994 réalisé pour un programme radio Ambient City at the Museum of Contemporary Art à Helsinki.

Sahko Recordings : http://www.sahkorecordings.com

Ambient city 1994 – A

Ambient city 1994 – B


Locu – Luciano Maggiore (2019, Dinzu Artefacts)


Potrei dire molte cose (extrait Journal de bord) – Alessandro Bosetti (2018)


9 Enclosures – Luciano Maggiore (2017)